La présence humaine sur le territoire d'Oderen est attesté dès le Néolithique. Jusqu'à la Révolution, en tant que siège de l'une des quatre mairie du bailliage de Saint-Amarin, Oderen est sous la coupe de l'abbaye de Murbach, après avoir probablement été sous celle des abbesses de Remiremont.

               Au XV° siècle, après la guerre des Paysans, le village compte 170 habitants et est ainsi le plus peuplé du bailliage. La guerre de Trente Ans dévaste le territoire, repeuplé par la suite grâce à une forte immigration suisse et bavaroise. Au XVIII° siècle, la population, lésée dans ses droits d'usage des forêts part les prérogatives de la verrerie et des forges de Willer, perd une grande partie de ses revenus.

                Poussée par la misère, la population prend part à l'insurrection des habitants du bailliage contre la seigneurie de Saint-Amarin. En 1794, l'État reconnaît la propriété collective des forêts, qui sont, en 1817, partagées entre les communes.

               Oderen est le lieu d'un pèlerinage à la Vierge, Notre-dame du Bon Secours, depuis 1680. Dès les premiers jours de la Grande Guerre, le village est occupé par l'armée française. Libéré le 1er décembre 1944, il reste, deux mois encore, la cible de l'artillerie allemande.

Retour