A l'origine, Bourbach-le-Haut n'est qu'un hameau, rattaché à l'abbaye de Masevaux. Une première mention du village apparaît dans un faux diplôme fabriqué au XII° siècle, attribué à Louis le Pieux et portant la date du 21 juin 823. La population du village, décimée à la suite de la guerre de Trente Ans, augmente grâce à une importante immigration autrichienne, dont les patronymes subsistent encore. La plupart des habitants étaient bûcherons, cultivateurs et parfois charbonniers, comme en témoigne la colline Kohlberg ( de Kohle, charbon, et Berg, montagne ) entourant le village.

          Pendant la Révolution, les villageois se révoltent, et, en 1792, Bourbach-le-Haut est reconnu en tant que commune autonome. Au XIX° siècle, les premiers registres d'état civil sont ouverts, et de nouvelles activités comme le tissage apparaissent.

          Le village est libéré le 7 août 1914. Le maréchal Joffre fait construire la route reliant Masevaux à Thann. De 1940 à 1944, les habitants doivent loger des troupes allemandes dans leurs foyers. Bourbach-le-Haut va perdre seize hommes, enrôlés de force sous l'uniforme allemand. Après la Seconde Guerre mondiale, le village connaît un important exode rural qui s'inverse à partir de 1970, stabilisant la population autour de 280 habitants.

Retour